En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orléans > Orientation > Bac > Corrigés du Bac 2017

Bac 2017 : les corrigés d'histoire-géographie

Les lycéens viennent de passer leur épreuve d'Histoire Géo pour les séries générales et technologiques. Les corrigés sont déjà en ligne

Les corrigés des bacs d'histoire et de géographie sont bientôt disponibles. Découvrez ce qui était à faire et à ne pas faire. Cette année la Chine était à l'honneur dans les séries générales en composition d'Histoire. Le croquis de géographie en ES et L sur les pôles et flux de la mondialisation a du faire peur à plus d'un candidat.

Consultez ici les sujets du Bac d'histoire-géographie 2017 en intégralité


Corrigé du Bac Histoire Géo - Série ES : Economique et sociale (Coef. 5) & Littéraire (Coef. 4)


Durée de l'épreuve : 4h

1er sujet


Le premier sujet ”Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne des lendemains de la Seconde Guerre mondiale à nos jours” peut sembler surprenent car il est rare au baccalauréat. Il s'agit cependant d'une question d'une partie de chapitre assez classique.

Dans ce sujet, il faut penser à bien montrer que les transformations des partis et syndicats ouvriers sont spécifiques à l’Allemagne divisée puis réunifiée mais on valorisera une référence aux liens avec le contexte mondial. Comme dans tout sujet en “et” (“Socialisme, communisme ET syndicalisme”), il ne faut pas commettre l'erreur de traiter les trois éléments séparément.

Introduction proposée
Après 1945, l’Allemagne est divisée en deux Etats. Le mouvement ouvrier ne s'y développe pas uniformément jusqu'à la réunification en 1990. Les partis ouvriers et syndicats témoignent des évolutions politiques de la période. Comment les évolutions distinctes des deux Allemagnes se sont-elles effectuées ? Et dans quelle mesure lors de la réunification, les deux mouvements sont-ils parvenus à conserver leurs spécificités ?

I) En RFA, l'apogée de la social-démocratie
A) Le chemin vers la social-démocratie
Le SPD et le KPD renaissent dès 1946 mais le KPD est rapidement interdit (1956) et le SPD trop lié au marxisme fait peur et perd des membres. le pouvoir est aux mains des chrétiens-démocrates de la CDU.
Au congrès de Bad-Godesberg de 1959, le SPD renonce au marxisme et intègre les valeurs du libéralisme. C'est la doctrine : ”le marché autant que possible, l'intervention publique autant que nécessaire “.

B) 1969-1982 : les chanceliers sociaux - démocrates
En 1966, une coalition CDU-SPD porte au poste de ministre des affaires étrangères Willy Brandt. Apparaissant légitime, il devient chancelier en 1969, et Helmut Schmidt lui succède de 1974 à 1982. C'est durant cette période que les réformes sociales sont les plus importantes : extension de la cogestion aux grandes entreprises, amélioration de la protection sociale, libéralisation du droit (divorce simplifié, autorisation de l'avortement…) malgré la crise économique des chocs pétroliers qui freine la volonté de poursuivre les réformes sociales. C'est aussi le rapprochement avec la RDA, l’Ostpolitik.
Cependant, la conversion au libéralisme du SPD conduit à la création d'une opposition l’APO dont certains membres se tournent vers le terrorisme d'extrême gauche, la RAF.

C) la domination syndicale du DGB
En 1949, est fondé la confédération allemande des syndicats (DGB : deutscher Gewertschaftsbund) politiquement proche du SPD quoique et très attachée à la cogestion et au dialogue social. Elle obtient la cogestion en 1952, c'est un droit de regard des salariés sur les décisions de l’entreprise les concernant ainsi que la parité avec les actionnaires dans les conseils de surveillance des sociétés sidérurgiques et minières et le tiers des sièges dans les autres sociétés par action. Les améliorations des conditions de travail qu'elle permet se fait contre l’abandon des références à la lutte des classes dès 1966. Ils ont un grand nombre d’adhérents, un tiers des salariés en 1970 grâce à leur capacité à menacer le patronat de grèves longues et leur offre de services comme des banques ou des coopératives.

II) En RDA, le communisme à l’oeuvre
A) Le pouvoir du SED
Les sociaux - démocrates doivent fusionner avec les communistes au sein du Parti socialiste unifié le SED. Entre 1945 et 1947, la denazification conduit à la suppression du capitalisme par l’expropriation des terres et la nationalisation des entreprises. En 1949, à la création de la RDA, le SED, parti unique est chargé de construire le “socialisme réel” . Malgré un semblant de démocratie, avec des élections au suffrage universel et la reconnaissance des libertés fondamentales comme celle de conscience. C'est le SED qui dirige en plaçant notamment ses cadres au pouvoir comme Walter Ulbricht de 1959 à 1971 puis Erich Honecker jusqu'en 1989.

B) Le contrôle de la population
Au travers des organisations de masse, le SED contrôle la population. Dès l’enfance, les jeunesses libres allemandes (FDJ freie deutsche Jugend) ou les orgznisations de femmes permettent un état totalitaire et centralisé. La fédération libre des syndicats allemands (FDGB) cherche moins à défendre les droits des travailleurs qu'à contrôler la productivité exigée par Moscou. Ainsi, le droit de grève est supprimé en 1961.
La police politique, la STASI, est créée en 1950 et compte jusqu'à 90 000 fonctionnaires.

C) La contestation interne
Dès 1953, la contestation est visible. Après l'augmentation des cadences sans hausse des salaires, des soulèvements se multiplient alors même que la mort de Staline donne que,ques espoirs dans le bloc de l’est. Les fuites vers l’ouest sont aussi nombreuses, 3 millions entre 1947 et 1961 avant la création du Mur de Berlin. Lorsque Gorbachev commence ses réformes en URSS en 1986, les contestations s'accentuent en RDA car le SED refuse tout changement.

III) Le mouvement ouvrier après la réunification
A) La coalition des trois partis
La CDU, le SPD et le PDS issu du SED s'allient mais c'est la CDU qui domine largement et le SPD se retrouve dans l’opposition de 1990 à 1998. Il paye ses hésitations lors de la réunification. Le FDGB se dissout rapidement pour se fondre dans la DGB toujours liée au SPD.

B) Le gouvernement de Schroeder
Dans une coalition avec les écologistes, le SPD place à la chancellerie Gerhardt Schroeder qui propose des lois écologiques et sociales en tentant de lutter contre le chômage. C'est ainsi qu'en 2005, les lois HARTZ libéralisent les conditions de travail et remettent en cause l’état providence. Cela conduit des militants déçus à fonder l’Alternative électorale trzvzil et justice sociale qui fusionne en 2007 avec le Linkpartei (parti de gzuche) pour devenir die Linke un mouvemnt antiliberal.

C) Les difficultés syndicales
Le DGB perd 5 millions de membres en 13 ans en raison de la montée de l'individualisme et d'autres préoccupations comme l’écologie. Cela s'ajoute à la politique du SPD qui conduit à de nombreuses grèves. Cela n'empêche pas le syndicalisme allemand de rester plus puissant que celui de ses voisins européens.

Dans l’Allemagne réunifiée. on assiste à une réorganisation du mouvement ouvrier autour du pôle socialiste et d'un pôle plus radical mais minoritaire. Sur quelles valeurs ces mouvements s'appuieront-ils pour se développer dans un contexte de desindustrialisation ?


2e sujet


Le 2 ème sujet est beaucoup plus attendu et lui aussi une leçon dans un chapitre. La Chine et le monde depuis 1949 est classique, il faut néanmoins penser là aussi à bien croiser les deux éléments pour traiter à la fois des évolutions internes et dans les relations diplomatiques. Un pan chronologique est logique.

Comment la Chine est-elle entrée dans la modernité en inventant un système original et en même temps devenue une puissance incontournable ?

I) les débuts de la de la Chine maoiste (1949-1976)
A) Un satellite soviétique
Après la victoire contre les occupants japonais, nationalistes et communistes se divisent. Les nationalistes se refugient réfugient à Taïwan tandis que Mao instaure un la République populaire de Chine en octobre 1949. En 1950, la Chine s’allie avec l’URSS et s'affirme comme un leader du bloc de l’est en soutenant les guérillas commjnistes de Corée et d’Indochine.

B) Dans un relatif isolement
La RPC est avec l’URSS un pilier du bloc de l’est mais elle reste isolée internationalement. Seule Taïwan est reconnue par les grandes puis puissances et surtout elle rompt rapidement avec Moscou dès le début des années 1960 après avoir critiqué la destalinisation dès 1956. Son isolement se renforce en 1964 lorsqu'elle se dote de l’arme nucléaire.

C) Puis reconnue internationalement
Lors du grand bond en avant, on sent le rejet du modèle soviétique. Refusant l'alignement, Mao choisit l'ouverture vers les États-Unis au début des années 1970 et obtient un siège permanent au conseil de sécurité de l’ONU à la place de Taïwan en 1971. C'est aussi le temps des admirations intellectuelles en Occident pour le petit livre rouge publié en 1964 mais diffusé autour de la fin des années 1960 lors des mouvmeents contestataires en Europe et aux États-Unis.

II) Moderniser l’état en s'ouvrant au monde (1976-nos jours)
A) La libéralisation économique
Après la mort de Mao, Deng Xiaoping lance des réformes economiques comme les Zones économiques spéciales (ZES) permettent une ouverture economique de la Chine littorale. Puis d'autres réformes l'étendent aux autres espaces. Elle devient “l’atelier du monde” grâce à une main - d’oeuvre peu coûteuse et des systèmes incitatifs d'imposition pour les FTN étrangères.

B) Sans ouverture politique
Cependant, aucune ouverture politique ne s'engage et le parti unique reste la norme. Lorsque encouragés par la glasnost en 1989, les étudiants pékinois se lancent dans de grandes manifestations, la répression est violente. Le massacre de la place Tian’anmen, le 4 juin 1989, en témoigne mais peu d'informations filtrent en Occident. Les sanctions occidentales ne durent pas, dès 1992, les FTN reviennent, attirées par l’essor promis.

C) Un géant qui garde ses pieds d'argile
En 2001, la chine intègre l’OMC et le G20 en 2008. En 2010 elle devient la 2 ème puissance mondiale. Néanmoins, malgré ses investissements en Afrique et aux États-Unis, elle est confrontée à des revendications internes croissantes. C'est surtout une puissance politique fragile qui subit des revendications internationales.

Géographie







Corrigé du Bac Histoire Géo - Série S : Scientifique (Coef. 3)


Durée de l'épreuve : 3h


Composition d’histoire



Deux sujets classiques et sans surprise, sujets larges puisque couvrant chacun l'ensemble d'une leçon et une large période chronologique (plus de soixante ans) : le plan chronologique s'impose, reste à bien justifier les coupures (à travers les phrases de transition). En S la démarche doit être de pouvoir redonner la justification apportée par le professeur aux coupures d'un plan chronologique, il faut apprendre, c'est tout … et c'est déjà beaucoup

Dans une composition, surtout en S où cela compte pour la moitié des points, il faut particulièrement soigner introduction (et son amorce) et conclusion (et son ouverture), dans le développement, respecter dans chaque paragraphe une idée illustrée d'exemples et soigner les phrases de transition. Un seul paragraphe sera rédigé.


Le candidat traite l’un des deux sujets suivants :

Sujet 1 – La Chine et le monde depuis 1949.

Dans la bande dessinée « Le Lotus Bleu », Hergé nous fait suivre Tintin à travers les concessions internationales de Shanghai : à ce moment-là, dans la première moitié du XX° siècle, le Monde dépèce la Chine, ancien « Empire du milieu » miné par les guerres civiles. En 1949 commence une nouvelle période avec Mao Zedoung (les transcriptions anciennes, comme ici Mao Tsé Toung, ou nouvelles sont acceptées, essayer de garder la même dans tout le devoir). La Chine et le monde depuis 1949, c'est l'histoire d'une reconquête, souvent heurtée, par la Chine de la place éminente qui lui revient dans le monde : comment la Chine, très affaiblie en 1949, est-elle devenue une puissance mondiale au début du XXIe siècle ?
Mao, au pouvoir de 1949 jusqu'au milieu des années 1970 fait de la Chine une puissance communiste, les trente années qui suivent voient l'émergence d'une puissance économique qui, en ce début de XXIe siècle, rivalise avec les autres puissances mondiales.

Mao s'émancipe du « grand frère » soviétique en 1960 (bombe atomique chinoise en 1964) et devient l'un des chefs de file du Tiers Monde (conférence de Bandung 1955), son modèle de développement (celui d'un pays du Tiers Monde) exerçant une grande influence, notamment en Afrique.
La Chine veut déjà redevenir une puissance régionale (reprise du Tibet dès 1950, participation à la guerre de Corée, guerre avec l'Inde en 1962, incidents frontaliers avec les Soviétiques sur le fleuve Amour en1969, soutien des khmers rouges au Cambodge après 1975 …)
La Chine pratique aussi la Détente avec l'Ouest (la France dès 1964, le président américain Nixon en visite en 1972 ..), ce qui lui donne une place de membre permanent à l'ONU en 1971.
Mao est célèbre et célébré dans le Monde entier, enfermé aussi dans son culte de la personnalité.

Si la Chine est une puissance politique avec déjà un certain rayonnement international, la Chine n'est pas, en 1976 à la mort de Mao, une puissance économique qui compte, ce sera la préoccupation principale des dirigeants chinois dans les trente années qui suivent.

Un homme symbolise cette lente mise en place d'une Chine puissance économique c'est Deng XiaoPing, au pouvoir de 1978 à 1992. Même si il a lui-aussi son musée, ce n'est pas un nouveau Mao, il est pragmatique (« quatre modernisations »), l'ouverture de la Chine est progressive : d'abord les « zones économiques spéciales » autour de Hong Kong, puis Shanghai, puis le littoral, puis enfin l'intérieur des terres, cette ouverture aux capitaux étrangers accompagne « le socialisme de marché » : la Chine intègre le FMI et la Banque mondiale en 1980-81 puis l'OMC en 2001 : la Chine est devenu un partenaire commercial.
Sur tous les fronts extérieurs ouverts par Mao, la Chine continue et même amplifie le développement de sa puissance, par exemple avec le soft power des instituts Confucius (langue et culture chinoise partout dans le monde.

Le retour de Hong Kong en 1997 symbolise cette arrivée de la Chine dans le concert des puissances.

Depuis 2001, la Chine confirme sa place de plus en plus importante : Jeux Olympiques de 2008, exposition universelle à Shanghai en 2010 … la Chine atteint les premières places dans l'économie mondiale, même si son modèle connaît quelques soubresauts, comme le mouvement étudiant de 1989.

Par étapes, progressivement, la Chine est devenue une grande puissance. Aujourd'hui, avec le repli américain, par exemple sur le climat, on peut même s'interroger sur une période qui s'ouvre où la Chine mène le Monde.

Sujet 2 – Gouverner la France depuis 1946 : État, gouvernement, administration, opinion publique.

En France, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’État est refondé sur des bases nouvelles issues de la Résistance pour rompre avec le régime de Vichy, c'est le programme du CNR que l'on retrouve dans le préambule de la Constitution de 1946.
A partir de 1958, avec la Ve République, la façon dont est gouvernée la France évolue : d'abord dans le sens d'un renforcement de l'exécutif et du rôle de l’État dans l'économie et dans la société, puis dans le sens d'un désengagement relatif depuis les années 1990.
Comment l'organisation et le rôle de l’État ont-ils évolué depuis 1946 ? Comment la puissance publique prend-elle en charge de nouvelles fonctions dans le domaine économique et social ?
Le remplacement de la IVe République par la Ve République est une première césure, puis la nouvelle priorité donnée à la construction européenne et la décentralisation.

La quatrième République, basée sur ces nouveaux principes du CNR, ne fonctionne pas et c'est un défaut de gouvernance de l'affaire algérienne qui la fait tomber. Pourtant, déjà sous la quatrième, malgré la valse des ministres, la haute administration (l’ENA est créée en 1945, l'INSEE en 1946 ...) agît déjà, par exemple dans l'aménagement du territoire et le projet européen est un objectif commun de ceux qui sont au pouvoir.

La césure de 1958 vient dans l'incarnation de l’État, l’État c'est De Gaulle et enfin « On » est gouverné.

Le gaulliste est aménageur (création de la DATAR en 1963) et, sur les bases de la Quatrième République, la France va (finir de) se reconstruire et se moderniser (l'atome, l'espace, les autoroutes, les stations balnéaires du Languedoc …).
Le principal changement est donc à la tête de l’État avec un renforcement de l'exécutif complété par l'élection directe du Président en 1962, une fois l'affaire algérienne réglée, l'opinion peut contester ce pouvoir trop long et trop personnel dans la rue et dans les idées en Mai 68 (où De Gaulle disparaît quelques heures … et donc ne gouverne plus la « chienlit ») dans les urnes en 1969 où un référendum sur une nouvelle gouvernance des régions et du Sénat est emporté par le Non à De Gaulle.

Il faut tourner la page et bientôt la crise est là, c'est la fin des trente glorieuses, chaque budget est en déficit, gouverner ce n'est plus prévoir mais compenser.

La République gaullo-pompidolienne (De Gaulle puis Pompidou) va apparaître comme un âge d'or, celui de l’État tout-puissant par rapport à de nouvelles manières de gouverner avec à la fois plus d’État (vague de nationalisations de grandes entreprises industrielles en 1981-1982) et en même temps moins d’État avec l'Europe (Giscard puis Mitterrand) et la décentralisation (retour d'un maire à paris en 1977 et grandes lois de 1982 et la suite) ; les présidents, les gouvernements se succèdent (parfois en cohabitation) mais l'opinion a l'impression que le pouvoir est passé (en partie?) ailleurs, vers l'Europe (Mitterrand et Maastricht) et vers les régions (à partir de 1986). La crise, les orientations économiques libérales montrent un Etat devenu (volontairement?) impuissant.

Rien n'y fait, ni les réformes institutionnelles (Quinquennat) ou incarnations de l' « hyperprésident » au président « normal », ni plus d'Europe (référendum de 2005), ni plus de décentralisation (France constitutionnellement « décentralisée » en 2003 et jusqu'aux dernières réformes pour les régions ou métropoles), le français veut un autre gouvernement à chaque fois.


DEUXIÈME PARTIE



En Géographie : documents, donc pas de croquis !


Analyse de deux documents en géographie



Le continent africain face à la mondialisation : les investissements directs étrangers.
Consigne : En confrontant ces deux documents, montrez l’intégration de l’Afrique dans la mondialisation et ses limites.

Document 1 – « L’Afrique : destination de prédilection des investisseurs »
Source : tribune publiée dans le China Daily du 30 juin 2015 et reprise le même jour sur le site www.banquemondiale.org (très important)

Document 2 INVESTISSEMENTS DIRECTS ÉTRANGERS (IDE), 2013

Les auteurs du document 1 sont bien placés pour montrer l'intégration de l'Afrique dans la mondialisation et ses limites. Signataires d'une tribune parue à la fois dans un journal chinois en langue anglaise « China Daily » et repris dès le lendemain par la Banque mondiale (dont l'une des fonctions est d'intégrer à la mondialisation), ils sont à la fois africains ou chinois et membres des institutions internationales comme la Banque mondiale ou l'Organisation des nations unies pour le développement industriel.

Leur démonstration tient en deux points :

1. L'Afrique attire les investissements (six fois plus en 2015 qu'en 2000, disons-le du jamais vu) et ces investissements se diversifient, ne se limitant plus aux matières premières (par exemple le pétrole pour la Chine). L'Afrique est en voie de devenir une nouvelle Asie, la nouvelle « usine du Monde ».

2. Pourtant, et le document 2 le confirme très clairement, l'Afrique n'existe pas au niveau mondial sur le plan des investissements reçus, il faudrait investir, et investir beaucoup dans l'éducation ou les infrastructures

L'intégration de l'Afrique dans la mondialisation est réelle et ne fait qu'augmenter, notamment avec les chinois, pour autant les limites de cette intégration à la mondialisation sont très importantes : malgré la croissance exponentielle des investissements, on investit plus ailleurs qu'en Afrique car l'Afrique a encore de lourds handicaps à gérer (qui demandent des investissements importants) en matière de formation et d'infrastructures et aussi l'usage d'une économie de prédation de type post coloniale à la recherche uniquement de ses matières premières.

Pour autant, l'Afrique a un potentiel énorme, les investissements pour moitié sont déjà dans l'industrie ou autres et plus dans les matières premières. Ce continent jeune, du milliard, sera celui du XXIe siècle … mais beaucoup reste à faire, les montants des investissements sont trop faibles (moins de 5 milliards de dollars par pays) pour émerger face aux investissements faits ailleurs encore par dizaines de milliards.

Au final un sujet de Bac attendu, la Chine en Afrique est le grand thème à la mode du moment.


Corrigé du Bac Histoire Géo - Série STMG (Coef. 2)


Durée de l'épreuve : 2h30
Un sujet classique et intéressant où le candidat qui avait révisé pouvait facilement se débrouiller : l'Allemagne (Première Partie Questions d'Histoire 1) est citée clairement dans le programme, la décolonisation (question 2) est LA notion majeure de la deuxième leçon, les dates (question 3) demandaient des connaissances plus précises mais il fallait en donner deux sur un choix de quatre.

Dans la seconde partie, l'Algérie et l'Inde comme Londres et Shanghai sont les deux choix des deux mêmes sujets d'étude : - un grand classique pour l'Algérie avec l'annonce du Referendum de 1962 à l'Assemblée nationale, avec une petite question sur « La France sous la Ve République »,
- Concernant l'Inde, à mon avis un tout petit peu plus difficile, il fallait bien maîtriser les enjeux de la partition entre Union indienne et Pakistan (texte 1) et la différence entre Parti du Congrès et BJP hindouiste

Pour Londres comme pour Shanghai, c'était la « ville-monde » du point de vue urbanistique surtout, il manquait peut être une représentation de Pudong


PREMIÈRE PARTIE



Questions d’histoire

1) Justifiez l’affirmation suivante : « l’Allemagne est un terrain d’affrontement majeur
entre les deux grandes puissances durant la guerre froide ».
(2 points)


L'Allemagne est un terrain d'affrontement majeur entre les deux grandes puissances durant la guerre froide parce que :
- les deux grandes puissances occupent et se partagent l'Allemagne
- la capitale Berlin est une enclave en territoire contrôlé par les soviétiques
- Berlin est le lieu du blocus en 1948, et de la construction du mur en 1961
- Suite à l'échec du blocus, deux Allemagnes deviennent des Etats séparés, RFA et RDA, chacune contrôlée par sa grande puissance

1 / X
2) Donnez une définition de la décolonisation. (1 point)

Processus politique par lequel un peuple colonisé devient indépendant

3) Parmi ces quatre moments de la Ve République française, choisissez-en deux et
datez-les :

- début de la cohabitation entre Jacques Chirac et Lionel Jospin 1997
- François Mitterrand est élu président de la République 1981
- première élection du président de la République au suffrage universel direct 1965
- Valéry Giscard d’Estaing est élu président de la République 1974
(2 points)

Questions de géographie

4) Caractérisez les flux dominants des pays du Nord vers les pays du Sud. (2 points)

Les flux dominants des pays du Nord vers les pays du Sud sont :
- les flux financiers (capitaux)
- les exportations agricoles (ex le blé)
- les flux d'information et de services
- les produits finis à haute valeur ajoutée (produits manufacturés)

5) Citez deux pays de la francophonie (France exceptée). (1 point)

(Attention il s'agit bien de pays) Par exemple le Sénégal et le Canada (plutôt que Québec)

6) Sur le fond de carte joint, complétez, localisez et nommez les éléments demandés en
légende. (2 points)



SECONDE PARTIE


Le candidat traitera au choix un seul des quatre exercices
Exercices portant sur les sujets d’étude du programme d’histoire

Exercice n°1 / sujet d’étude : L’Algérie de 1954 à 1962.

Document : Extraits du message du général de Gaulle au Parlement lu en session extraordinaire de l’Assemblée nationale, le 20 mars 1962.
Source : Journal officiel de la République française, débats parlementaires, 21 mars 1962.

Questions :

1) Identifiez l’auteur de ce document et le contexte du message.

L'auteur est le Général de Gaulle, alors Président de la République ? Le contexte du message, ce sont les accords d'Evian entre français et algériens aboutissant à l'indépendance le 19 mars 1962 deux jours avant le document)

2) Expliquez la phrase soulignée puis précisez les étapes du processus de la décolonisation algérienne évoquées dans le texte.

« Au moment où semblent s'achever enfin les combats qui se déroulent depuis plus de sept ans » : les accords d'Evian mettent fin aux combats en Algérie
Les étapes du processus évoquées dans le texte sont :
- « La politique poursuivie par la République depuis tantôt quatre années au sujet de l'Algérie » : De Gaulle est arrivé au pouvoir en 1958, quatre ans avant, justement à propos de l'Agérie
- « Le référendum du 8 janvier 1961 a démontré, quant à la direction ainsi tracée, l'accord massif et solennel du pays. » : De Gaulle parle d'abord d'autodétermination entre 1959 et le référendum de 1961 qui porte sur l'autodétermination
- Tout le deuxième paragraphe : vers l'indépendance après les accords d'Evian

3) Présentez le moyen constitutionnel que l’auteur souhaite utiliser pour faire accepter la décolonisation de l’Algérie. Comment justifie-t-il le recours à ce moyen ?

Le Général de Gaulle souhaite utiliser le referendum comme moyen constitutionnel, il le justifie ainsi : « Le référendum du 8 janvier 1961 a démontré, quant à la direction ainsi tracée, l'accord massif et solennel du pays. » puis « Il m'apparaît donc comme nécessaire que la nation elle-même sanctionne une aussi vaste et profonde transformation et confère au chef de l'État et au Gouvernement les moyens de résoudre, dans les moindres délais des problèmes qui seront posés à mesure de l'application. » et enfin « C'est pourquoi, en vertu de l'article 11 de la Constitution j'ai décidé, sur la proposition du Gouvernement, de soumettre au référendum un projet de loi comportant l'approbation des déclarations gouvernementales du 19 mars 1962 ».


4) Montrez l’impact du processus de décolonisation sur les relations de l’Algérie avec la France.
« Au moment où (...) s'ouvre à la France nouvelle et à l'Algérie nouvelle, la perspective d'une féconde et généreuse coopération ... » et « Nul ne peut se méprendre sur la vaste portée de cet aboutissement en ce qui concerne, tant la vie nationale de la France, que son œuvre africaine et son action internationale. Nul ne peut, non plus, méconnaître les difficultés d'application qui en résultent aujourd'hui et risquent d'en résulter demain, non seulement quant à la situation d'un grand nombre de personnes et de beaucoup de choses, mais aussi dans le domaine de l'ordre public et de la sûreté de l'État. » (allusion aux attentats de l'époque)


Exercice n°2 / sujet d’étude : L’Inde depuis 1947.

Document 1 : Bilan de la démocratie indienne vers 1960.
Source : Jacques Pouchepadass, L’Inde au XXe siècle, 1975.
Document 2 : Un Etat en quête de puissance.
Source : Christophe Jaffrelot, revue Carto n° 24, juillet-août 2014.

Deux textes, à deux dates différentes, montrant deux situations différentes

Questions :
1) D’après le document 1, quelles étaient les « formidables menaces » auxquelles l’Inde était confrontée au moment de son indépendance ? Expliquez-les.

« afflux des réfugiés, guerre frontalière, marasme économique, morcellement politique », la partition de l'empire des indes anglais en 1947 entre Union indienne (hindouiste) et Pakistan musulman) entraîne le transfert de 11 millions de personnes et des violences mais, plus de dix ans après, l'Union indienne a su lever ces « formidables menaces »

2) Relevez dans les deux documents ce qui permet de qualifier l’Inde de « plus grande démocratie du monde ».
L'Inde est « la plus grande démocratie du monde » parce que :
- « L'Inde est un des rares pays du Tiers Monde où fonctionne un véritable système démocratique. Contrairement à bien des pronostics, cette démocratie a survécu à la mort de son fondateur, Nehru, et ne semble menacée, en 1960, ni par une révolution ni par un coup d'Etat... » texte 1
- «Les élections législatives organisées entre le 7 avril et le 12 mai 2014 ont été saluées pour les nouveaux records qu’elles ont permis d’établir : près de 815 millions d’électeurs étaient invités à voter dans «la plus grande démocratie du monde» et deux tiers d’entre eux ont rempli ce devoir citoyen, ce qui fait passer le taux de participation de 59,7 % en 2009 à 66,3 %. Autre fait sans précédent, le Congrès national indien (INC en anglais) - lointain héritier du mouvement d’indépendance animé par le Mahatma Gandhi (1869-1948) - […] a enregistré la pire défaite de son histoire […] avec seulement 19,3 % des voix. […] Le grand vainqueur du scrutin est le BJP (Bharatiya Janata Party), le parti nationaliste hindou. » Texte 2 Insister sur l'alternance INC/BJP

3) Identifiez, à l’aide du document 2, les difficultés qui pèsent actuellement sur la
démocratie indienne.
Les difficultés qui pèsent actuellement sur la démocratie indienne sont :
- une hostilité du parti désormais au pouvoir (BJP) envers les minorités religieuses
- La corruption (exemple du Premier Ministre sortant)
- la pauvreté d'une grande partie de la population et les menaces sur la condition des femmes
4) Montrez l’évolution de la place et de l’image internationales de l’Inde depuis son
indépendance.

Dans le premier texte, en 1960, l'Inde a « une personnalité internationale », celle de « plus grande démocratie du monde » à la tête des non-alignés (ceux qui ne veulent pas choisi entre Etats-Unis et URSS après 1947) évoqués dans le deuxième texte.

Dans le second texte, en 2014, « l’image de l’Inde (...) se trouve remise en cause », pays émergent, elle cherche sa place entre un rapprochement entamé avec les Etats-Unis ou l'appartenance aux BRICS, « à la diplomatie d'inspiration anti-occidentale ».

Exercices portant sur les sujets d’étude du programme de géographie

Exercice n°3 / sujet d’étude : Une ville mondiale : Londres.

Document 1 : « Politique du skyline. Shard et le débat sur les tours à Londres ».
Source : Manuel Appert, http://www.metropolitiques.eu (12 septembre 2011).

Document 2 : Une nouvelle tour spectaculaire dans une des plus grandes villes du
monde.
Source: http://www.londontown.com


Questions :

1) Identifiez dans le document 1 les acteurs intéressés par la modification de la skyline
de Londres.

Les acteurs intéressés par la modification de la skyline de Londres sont :
- les promoteurs, les investisseurs et les architectes.
- les équipes municipales, d'arrondissement (Southwark) comme centrales

2) En utilisant les deux documents, mettez en valeur les atouts de la localisation de la tour Shard et les autres objectifs qui ont conduit à sa construction.

Du haut de ses 310 m, Shard est la plus haute tour de l’Union Européenne, elle s'impose dans la skyline visible sur le document 2, Shard, construite partiellement sur la gare de London Bridge, maximise l’usage des transports collectifs

3) Quelles sont les conséquences de ces opérations d’urbanisme pour la population
londonienne ?
Shard joue un rôle de marqueur de revitalisation urbaine pour les quartiers défavorisés plus au sud mais en même temps « la vue sur la ville peut accroître le prix de vente des logements de 20 % en moyenne, voire beaucoup plus pour les étages les plus élevés. » … et donc chasser les habitants les plus pauvres.

4) Montrez que les aménagements urbains permettent à Londres de rester une métropole mondiale dynamique.

« Shard (…) est un modèle de tour pour la revitalisation urbaine, repris depuis dans de nombreuses opérations d’urbanisme particulièrement à l’Est de Londres. : les aménagements urbains, dynamiques, continuent.
Exercice n°4 / sujet d’étude : Une ville mondiale : Shanghai.

Document : Shanghai : l’exemple d’une métropolisation accélérée.
Source : Thierry Sanjuan, Constructif n° 26, juin 2010.

Questions :

1) Relevez les aménagements qui ont permis à Shanghai de devenir une ville essentielle dans la mondialisation.

« La création de la Nouvelle Zone de Pudong à Shanghai, en 1990, (le) symbolise […]. Pudong, sur la rive droite du Huangpu, comprend :
- le quartier d'affaires de Lujiazui ( dont «Centre financier mondial de Shanghai », en 2008),
- plusieurs zones économiques ouvertes aux investisseurs étrangers […],
- le nouveau port de Waigaoqiao à l'embouchure du Yangzi - doublé aujourd'hui par celui de Yangshan au sud-est de la municipalité
- l'aéroport international de Pudong.

et aussi
« Shanghai développe des infrastructures à même d'accueillir des manifestations de rayonnement international : le circuit destiné au Grand Prix de Chine de formule 1 et l'Exposition universelle de 2010. »

2) Quelles ont été les principales étapes des transformations urbaines de la ville ?

Le Bund des concessions entre 1910 et 1940 puis Pudong en 1990

3) Décrivez les conséquences de la métropolisation de Shanghai pour les habitants.

une gentrification urbaine, entraînant de nouvelles ségrégations sociospatiales, désormais directement liées au niveau de revenu des familles : Entre 1990 et 2000, les arrondissements de la ville-centre perdent jusqu'à 10 % de leur population officiellement résidente. Un grand nombre d'habitants sont en effet poussés à migrer dans les banlieues immédiates ou dans des villes nouvelles périurbaines.

4) Expliquez la phrase soulignée.

Shanghai connaît déjà les défis de la ville mondiale de demain : La croissance urbaine de Shanghai est tellement rapide que les futurs défis de la ville mondiale de demain apparaissent déjà : développement durable et ségrégation liée au fort enrichissement.

Corrigé du Bac Histoire Géo - Série ST2S (Coef. 2)


Durée de l'épreuve : 2h30

Questions d'Histoire



1. Citez deux dates clés de la Guerre froide et précisez à quels événements elles correspondent (2 points)

1948 Blocus de Berlin, 1961 Mur de Berlin (entre autres ...)

2. Choisissez parmi les définitions suivantes, celle qui s'applique le mieux à la notion de décolonisation (1 point)

b) Processus politique par lequel un peuple colonisé devient indépendant

3. Montrer que la France connaît aujourd'hui une crise de la représentation démocratique (2 points)

- Forte abstention
- Surtout chez les jeunes
- Nombreux votes extrêmes (qualifications pour le deuxième Tour)
- Succession d'Affaires chez les élus, y compris chez ceux qui veulent laver plus blanc que blanc

Questions de géographie



4. Pourquoi peut-on dire que la division internationale du travail est au coeur de l’actuelle mondialisation ? (2 points)

La mondialisation des entreprises permet la séparation entre les lieux de production et de consommation. Certains sites de production peuvent se spécialiser dans le fort besoin de main d'oeuvre grâce à leur modération salariale (pays du sud) et produire pour le monde entier, d'autres emplois doivent se situer à proximité des centres de recherche (plutôt au Nord). Les « pays-ateliers » sont très rapidement remplacés par d'autres (d'Asie vers Afrique par exemple)

5. Donner une définition de la francophonie (1 point)

Ensemble des pays qui ont en commun la langue française pour tout ou partie de leur population

6. Localisez et nommez sur la carte fournie en annexe deux des plus grandes façades maritimes mondiales, et deux villes mondiales (2 points)

Façade maritime mondiale : Northern Range et Façade maritime est asiatique
Ville mondiales : Tokyo et New York

Exercice 1
1.En 1959, un an après son arrivée au pouvoir en 1958, la pacification est encore en cours en Algérie, l'Armée française ne fait pas que réprimer.


2. L'autodétermination, c'est se déterminer, choisir, soi-même.
La phrase qui l'évoque : « le libre choix que les algériens eux-mêmes voudront faire de leur avenir »

3. Pacification et suffrage réellement universel

4. La sécession (il n'y est pas favorable), la francisation complète ou le gouvernement des algériens par les algériens appuyés sur l'aide de la France

5. Les algériens ont choisi l'indépendance, la solution où De Gaulle voyait « misère chaos égorgement et dictature communiste » alors que sur la photo les jeunes algériens sont dans la joie , pleins d'illusions ?


Exercice 2
1.Le sénégalais Léopold Sédar Senghor lorsqu'il était étudiant à Paris en Français, Latin et Grec, mettait en avant (avec d'autres) la négritude (langues et civilisations négro-africaines), Député au parlement français il contribua à rédiger les deux constitutions de 1946 et 1958 et obtint, comme cela était prévu, l'indépendance du Sénégal (30 min d'entretien, le président De Gaulle n'a pas protesté), le Sénégal une fois indépendant (comme le Viet Nam, le Maroc ou la Tunisie) Senghor s'engage dans un autre combat (ce qui explique sa présence à Québec), la francophonie.

2. Après la Guinée qui en 1958 a refusé la nouvelle constitution et donc est devenue indépendante immédiatement, le Sénégal, comme l'ensemble des colonies françaises (mais aussi belges) de l'Afrique subsaharienne, devient indépendant en 1960

3. Senghor a beaucoup fait pour la francophonie, 2006 est le centenaire de sa naissance

4.Senghor est à la fois, par ses origines, un partisan de la négritude et par sa formation en Sorbonne un soutien important (par son action politique mais aussi par son œuvre littéraire) de la francophonie : comme il le dit lui-même « s'enrichir de nos différences pour converger vers l'universel »

Exercice 3
1. L'aide française au développement est distribuée dans les « suds », Afrique, Amérique latine, Asie , de manière plus importante en Afrique, là où les PMA (pays les moins avancés) et les francophones sont nombreux.


2. Les objectifs de l'aide au développement sont :
- Développement économique
- Sécurité
- Protection de la planète /climat

3. Démocratie, Etat de droit, promotion du droits des femmes


4. Importance : On parle de milliards d'euros, la France est 4e (brut) ou 2e (pourcentage) contributeur mondial
Limites : Budget contraint et financement encore à trouver (à travers une taxe sur les transaction à souhaiter)

Exercice 4
1. C'est un profil de qualifiés et d'actifs, l'auteur explique leur départ par la crise économique

2. Les liens des expatriés avec la France sont favorisés par l'offre d'une sécurité sociale à la française ( d'un meilleur niveau que ce qu'ils trouveraient dans leur pays d'accueil), l'évolution constitutionnelle de 2008 (sur les Députés des français de l'étranger) a bien montré leur nombre et tout l'intérêt d'entretenir des liens avec eux pour l’État.


3. France, terre d'émigration ?: En croissance très significative depuis 2000, 3 à 4 % par an (accroissement naturel +0.6%), surtout les jeunes

4. Ils sont nombreux, qualifiés, actifs, jeunes et dans des réseaux.


Consultez ici les sujets du Bac d'histoire-géographie 2017 en intégralité

Consultez aussi :

Spécial BAC 2017 : les sujets et conseils de préparation...
Dates du Bac : épreuve par épreuve
Corrigés du bac : Les épreuves corrigées par nos profs sélectionnés
Les sujets probables du Bac : ciblez vos révisions...
Conseils de révisions : à quelques jours ou heures des examens
Quiz de révisions du Bac : testez votre niveau matière par matière...
Les alertes résultats du Bac : officiels et gratuits, en direct des académies...

Alerte Mail Corrigés du Bac :



Réagir sur le Forum Bac

LE PARISIEN
16.06.2017

Retour au dossier Corrigés du Bac 2017
Corrigés du Bac 2017 : Bac 2017 : les corrigés d'histoire-géographie
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Corrigés du Bac 2017 : consultez aussi...

orientation
Bac 2017 : les corrigés de l'épreuve de mathématiques

Bac 2017 : les corrigés de l'épreuve de mathématiques

Avant de partir pour la fête de la musique, vérifiez vos réponses à l'épreuve de mathématiques du bac 2017 ! Les corrigés des séries générales sont en ligne.

Bac 2017 : les corrigés du bac S de physique-chimie

Bac 2017 : les corrigés du bac S de physique-chimie

Après l'épreuve de ce matin, mardi 20 juin, le corrigé de physique chimie est disponible

Bac 2017 : le corrigé du bac ES de Sciences Economiques et Sociales

Bac 2017 : le corrigé du bac ES de Sciences Economiques et Sociales

L'épreuve a ne pas rater pour les candidats en série économique et sociale ! Le corrigé est à lire ici

Bac 2017 : le corrigé du bac L de littérature (Sophocle et Pasolini)

Bac 2017 : le corrigé du bac L de littérature (Sophocle et Pasolini)

Ce matin, les candidat en série L ont passé leur épreuve de spécialité : la littérature. Le corrigé est à lire dès maintenant ici

Bac 2017 : les corrigés de l'anglais (LV1)

Bac 2017 : les corrigés de l'anglais (LV1)

Les corrigés de l'épreuve de la plus importante des langues vivantes sont disponibles après l'épreuve de LV1. Compréhension et expression écrite, découvrez le corrigé des l'épreuve d'anglais LV1

Bac Techno STMG : le corrigé de l'épreuve de Maths

Bac Techno STMG : le corrigé de l'épreuve de Maths

Ce vendredi 16 juin 2017 les candidats des bacs technos passaient leur épreuve de Mathématiques - voici le corrigé pour la Série STMG

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ESRA - Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle
Le groupe ESRA est une école de cinéma (Paris, Rennes, Nice) proposant des...
Ifa A. Chauvin
l'Institut de Formation par Alternance Adolphe Chauvin, implanté à Osny dans...
ISTH
Depuis 1954, l'ISTH confirme sa place de leader parmi les grandes classes...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.